14 novembre, 2009

Paddy McAloon, et dernières lectures BD

Ca fait presque une semaine que je n'ai rien mis sur ce blog, désolé, la faute à beaucoup de boulot côté sport auto et BD cette semaine. Côté sport auto, je ne sais pas si vous le saviez, mais je commente les DVD bonus que sort le magazine Echappement et qui sont consacrés au rallyes du Championnat du Monde WRC. Dans quelques jours, sort en tout cas un Hors Série Echappement avec un DVD qui contient plus de deux heures de programme, dont le résumé complet de la dernière manche en Grande-Bretagne (qui a donc vu Loeb conquérir son 6e titre consécutif) et le best of de la saison. Mine de rien, entre la préparation et le "mix" proprement dit, c'est du taf !
Côté BD, j'ai terminé il y a quelques jours le Livre I de Bandaiyan, mon roman graphique consacré à la naissance de l'Australie. Avec le prologue, ça fait déjà plus de 170 pages d'écrites ! Je vais maintenant commencer le Livre II (qui fera à peu près le même nombre de pages), qui sera uniquement consacré au voyages de la Première Flotte, entre Portsmouth et Sydney. Ce voyage a eu lieu très précisément entre le 13 mai 1787 et le 26 janvier 1788. Cette date est toujours la fête nationale en Australie...



Il faut aussi que je vous parle de Paddy McAloon. Voici sa photo au moment de sa gloire, c'est à dire il y a vingt ans quand le groupe Prefab Sprout était au sommet. Je fais en effet partie de ceux pour qui ce nom improbable -Prefab Sprout, je n'ai jamais su ou cherché à comprendre si ça voulait dire quelque chose- représente quelque chose d'énorme, à savoir l'un des meilleurs groupes pop anglais de tous les temps. Avec les Beatles et les Pet Shop Boys, on peut même affirmer sans crainte que c'est le cas, le tout grâce à principalement trois albums immortels : Steve McQueen, From Langley Park To Memphis et Jordan : The Comeback. A la baguette, le leader, chanteur et âme du groupe : Paddy McAloon, une voix reconnaissable entre toutes, des arrangements qui n'appartiennent qu'à lui, un sens de la mélodie hallucinant !

Force est pourtant de constater que Prefab Sprout avait complétement disparu de la circulation... Et puis, il y a quelques semaines, big news, un nouvel album est sorti ! Après combien d'années de silence ? On ne sait pas, mais beaucoup, le temps pour McAloon de devenir ceci :



Terrible, n'est-ce pas ? Il paraît qu'il est tombé gravement malade, qu'il a failli devenir aveugle et sourd, et qu'il s'est en conséquence complétement retiré avec femme et enfants...

D'où vient cet album alors ? Des fonds de tiroirs de Prefab Sprout en fait, puisque ce sont des chansons datant de l'époque de Jordan... Un album "perdu", comme McAloon l'écrit dans le livret qui accompage Let's Change The World With Music. (Au passage, on ne comprend pas très bien où il veut en venir, mais j'ai dû rater quelque chose dans ce long texte...) On se demandera en tout cas ce qui a bien pu pousser ces chansons à demeurer secrètes, tant elles sont majoritairement excellentes.
Sur onze morceaux, deux sont oubliables (Last of The Great Romantics et Meet The New Mozart - vu les titres, on s'en doutait un peu hélas), deux sont moyennes et assez fades (Music Is A Princess et Angel of Love - dommage pour cette dernière, c'est la dernière de l'album...), trois sont très bien (Let There Be Music, I Love Music et God Watch Over You), une est superbe (Falling In Love), deux sont géniales (Ride et Sweet Gospel Music) et l'une est un chef-d'oeuvre (Earth : The Story so Far - dont on se dit que ça aurait dû être le titre de l'album).



Bref, un bain de jouvence fort et émouvant, qui ne se rate pas. Je profite de l'occasion pour vous proposer mon Ultimate Top 10 Prefab Sprout (sans ordre particulier) :
Life Of Surprises
The Sound Of Crying
Nightingales
The Golden Calf
If You Don't Love Me
Looking For Atlantis
All The World Loves Lovers
When Love Breaks Down (Accoustic Version 2007)
Jordan : The Comeback
Earth : The Story So Far


A part ça, grâce à quelques bibliothèques, dons d'éditeurs et achats sonnants et trébuchants, voici les dernières BD que j'ai lues depuis cet été :

Bouncer T1 à 6 (Jodorowski-Boucq, Humanos) - T1 génial, et après ça va en déclinant, mais sans jamais quitter le haut de gamme. Excellents dialogues, situations fortes, dessin fabuleux. Parfois dérangeant, ce qui est rajoute à la qualité d'ensemble. Il était temps que je m'y mette !

Loin d'être parfait (Tomine, Delcourt) - je suis un fan d'Adrian Tomine depuis que j'ai lu Blonde Platine, qui avait manqué de peu mon petit prix annuel de la meilleure BD de l'année, que je remets toujours au mois de décembre (attention, ça approche...) Toujours aussi bien étudié, aussi fin et criant de vérité.

Backworld T3 (Corbeyran-Rollin, Glénat) - on se demandait un peu comment Eric allait conclure, mais il s'en sort une nouvelle fois le bougre !

L'Affaire des Affaires (Robert-Lindingre-Astier, Dargaud) - ... ou les débuts de l'affaire Clearstream en roman graphique. Intelligent, bien découpé et dialogué. Se lit d'une traite.

Blitz (Rivière-Floc'h, Dargaud) - on est fan de cet esprit anglais et de ce dessin si élégant mais on peut avoir le sentiment qu'on est arrivé au bout quand même...

La Saison de la Couloeuvre T1 (Lehmann-Michaud, L'Atalante) - J'ai été bluffé par ce récit où l'on découvre comme un aérogare galactique où se croisent différentes espèces et manifestations surprenantes... Une véritable atmosphère de science-fiction qui force le respect et qui ouvre en grand l'imagination.

Terres Lointaines T1 et T2 (Leo-Icar, Dargaud) - à contrario, ces deux premiers tomes de la nouvelle série de l'ami Leo ne m'ont pas convaincu. Vivement la suite d'Antarès !

Les Passagers du Vent T6 (Bourgeon, 12Bis) - dense et superbement imprimé, un long récit où l'on se prend au jeu. J'ai préféré la première partie, qui est une sorte de road movie. Curieusement, dès qu'apparaît Isa, ça retombe un petit peu...

O'Boys T2 (Thirault-Cuzor, Dargaud) - ce n'est pas parce que Cuzor va dessiner mon XIII Mystery que je vais être partial ! Il faudrait être aveugle pour ne pas voir une superbe série en cours, avec des dialogues et des dessins exceptionnels.

West T5 (Dorison-Nury-Rossi, Dargaud) - une atmpsphère de cauchemar comme on en voit peu en BD, une plongée dans l'inconscient qui était casse-gueule mais qui marche. Une osmose parfaite entre les trois auteurs.

Jason Brice T2 (Alcante-Jovanovic, Dupuis) - j'avais beaucoup aimé le T1, le T2 est à la hauteur et pose toujours autant de questions. Quelques points communs avec ce qui sera L'ultime Chimère T5 !

Blessure d'Amour Propre (Veyron, Dargaud) - superbe couverture, mais le fan de Veryon que je suis (j'étais ?) ne s'est pas reconnu dans ce récit que je n'imaginais pas aussi scabreux (un comble) et globalement sans grand intérêt.

Dossier Varginha (Auger, Ankama) - en tant que fan absolu de mystères liés aux ovnis, j'étais bien obligé de l'acheter ! C'est sûr que cette histoire parait quand même assez énorme, mais elle est passionnante...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

alors mon top 10 sans ordre de Prefab Sprout

bonny (acoustic)
horsin around
the king of rock n roll
a prisoner of the past
the sound of crying
if you don't love me
jesse james bolero
one of the broken
paris smith
when love breaks down

laurent B

Pierre-Paul a dit…

gasp ! c'est vraiment le même type ??? Je suis un (tout) petit peu plus jeune que toi, mais Prefab Sprout est une partie de mon adolescence à moi aussi.