08 avril, 2011

Un long Destin de Sang - un manifeste

Coup de fil aujourd'hui de mon éditeur 12Bis : "les albums sont arrivés ! Tu passes prendre les tiens ?" - oh que oui ! Et voici donc cet Acte 2 disponible (même s'il faut encore attendre treize jours au moment où j'écris pour la sortie officielle). Moment d'émotion, comme toujours, et petite nervosité avant de recueillir les premiers avis - tant l'accueil réservé à l'Acte 1 avait été formidable...
Quelques précisions : pour moi, Un long Destin de Sang est un récit complet de 108 pages - un quasi roman graphique donc. Ce n'est que par commodité et contrainte éditoriale qu'il se retrouve à 2x54 pages... Je rêve bien évidemment d'une édition intégrale (en noir et blanc !) qui remettrait le drame dans toute sa continuité. On verra bien. Je voudrais préciser aussi que ce projet a été l'occasion d'un "exercice" de pure mise en scène. Bien sûr, j'ai mis en place une histoire à plusieurs niveaux (que s'est-il passé dans la tranchée ? qui va mourir ?) mais l'important était vraiment dans la construction du récit, dans la mécanique du découpage. D'ailleurs,  on s'apercevra que la question "qui va mourir ?" a plutôt été envisagée sur le "comment ?" qui me semblait plus intéressante sur la progression de l'intrigue. Tout cela en essayant d'éviter l'écueil principal de ce genre de contrainte : que les personnages soient survolées et ne soient pas "profonds". J'espère que ce n'est pas le cas, et on verra bien que personne ne s'en sort vraiment indemne...
Cet Acte 2 est l'album que j'ai mis le moins de temps à écrire dans toute ma carrière. Tout était tellement en place avant même d'écrire la première ligne de l'Acte 1, l'emploi du temps des protagonistes et l'enchaînement des circonstances, qu'il n'y avait pratiquement plus qu'à laisser dérouler. Curieuse impression que de voir (presque) l'histoire s'écrire toute seule sous vos yeux... Je pourrais passer des heures à revenir sur chaque personnage et à décrire ce que je voulais faire avec eux mais je dirais juste ici que le fond de l'histoire est vraie (un seul mort à Paris le dimanche 1er avril 1918, dont l'identité n'est pas connue - le communiqué qui figure en 4e de couverture est authentique), que certains personnages sont réels (notamment l'institutrice Hélène Brion, effectivement jugée pour pacifisme lors de cette semaine de Pâques, mais aussi les hommes de presse Marcel Cachin ou Jean Verdier), et qu'évidemment c'est une grande fierté que d'avoir été associé à Fabien Bedouel dans ce projet. Il excelle (et cela crève les yeux dans cet Acte 2) dans le cadrage et le sens de l'image, illustrant parfaitement la notion d'ellipse par une simple disposition de personnage ou d'objet... J'espère que j'aurai l'occasion un jour prochain de retravailler avec lui, mais à mon avis il va être courtisé !
Quant à moi, j'espère que cet album saura persuader des éditeurs de me faire confiance pour d'autres projets sur lesquels je suis en train de travailler.

3 commentaires:

Pierre-Paul a dit…

Avec "Blast" de Larcenet ton album est une des nouveautés que j'attendais avec impatience. Bonne continuation & bonne chance pour la suite

Cédric Hervan a dit…

Félicitations !
J'ai hâte de découvrir ça !!! :-)

Brieg F. Haslé a dit…

lu et validé ! je recommande chaudement la lecture des deux tomes à la suite...
bravo Laurent et Fabien
amitiés